Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Réunion Anciens Scouts 24èmeToulouse
  • Réunion Anciens Scouts 24èmeToulouse
  • : Les anciens scouts de la 24ème Toulouse. Dans les années 1960/1970 ils usaient le fond de leurs shorts en velours brun sur les bancs qu'ils avaient eux-mêmes construits à l'occasion d'un camp. 40 années plus tard, ils décident de se retrouver.
  • Contact

  • scout
  • Atteints par la soixantaine, quelques Anciens Scouts de la 24ème Toulouse se retrouvent annuellement avec leurs Ami(e)s autour d'un repas. À cet effet, ils ont rénové leurs antiques tentes,sorti leurs guitares et entonnent les chants traditionnel
  • Atteints par la soixantaine, quelques Anciens Scouts de la 24ème Toulouse se retrouvent annuellement avec leurs Ami(e)s autour d'un repas. À cet effet, ils ont rénové leurs antiques tentes,sorti leurs guitares et entonnent les chants traditionnel

Référencements

Rechercher

Où en est-elle ?


Pour les Jardiniers


Calendrier-lunaire.net

Nouvel An

25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 08:49
La forêt est une source de joie pour celui qui la pénètre et une richesse immense pour le pays qui la possède.  De ce réservoir inépuisable, s'ils en prennent un soin jaloux, les hommes tirent depuis toujours le meilleur des matériaux . Le Scout doit aborder la forêt avec un très grand respect , car elle est aussi source de vie .  Lorsqu'il cherche de quoi construire un pont, un fauteuil ou faire son feu , il ne doit pas agir en vandale et respecter une règle primordiale : on ne peut abattre le moindre arbre, dans une forêt domaniale ou un bois privé, sans en avoir reçu l'autorisation préalable.

forestage.gif

Outillage pour l'abattage.
La hachette, dite de patrouille, est réservée pour débiter les branchages et réaliser de menus travaux. Pour s'attaquer à un arbre, une cognée est nécessaire pour faire du travail propre. La cognée est une hache pesante, avec un long manche. Elle ne s'emploie qu'en la tenant à deux mains. Il en existe plusieurs modèles : des longues et étroites, des larges et arrondies.

cognee.gif
En général, on n'abat pas entièrement un arbre à la cognée, la perte de temps et de matière est trop importante. On se sert de celle-ci pour faire les entailles et préparer une surface bien nette à l'action de la scie "passe-partout".

PassePartout.gif
Le passe-partout est une lame d'acier trempé munie d'une poignée en bois à chaque extrémité et armée de grandes dents écartées alternativement à gauche et à droite, ce qui lui donne la "voie", plus ou moins grande selon la nature du bois à travailler.
La voie se donne soit à l'aide du "tourne à gauche", soit à l'aide de la "pince à avoyer" qui permet un meilleur réglage et une plus grande régularité pour l'inclinaison à donner aux dents. Le bois vert et filandreux nécessite davantage de voie.
Il faut bien sûr être deux pour manier cet outil.

coins.gif
Les coins soulagent l'action de la scie et servent à diriger la chute de l'arbre. On les enfonce, à force, dans le trait de scie en les frappant avec le talon de la hache s'il sont tout en bois. Pour les coins en acier, il est préférable d'utiliser une masse (pour ne pas fêler la hache).

Entretien des outils.
La cognée, qui travaille violemment l'arbre à ras de terre, dans sa partie la plus dure et la plus délicate, voit très souvent son tranchant largement ébréché. Si les brèches sont trop importantes, il est indispensable de faire l'affûtage à la forge et de le terminer sur une meule en grès.
Pour que le fer ne chasse pas contre le bois, le tranchant doit offrir un angle suffisamment aigu. En été, pour éviter que l'outil se démanche, il est conseillé de le tremper dans l'eau de façon à tenir le bois gonflé. Par contre, en hiver, il faut le tenir au sec, sinon le manche casserait comme du verre au moindre effort.
Le passe-partout mérite le plus grand soin : éviter de la laisser traîner par terre pendant les arrêts et de frotter les dents contre les pierres. La scie doit être aiguisée lorsque les dents sont émoussées (pointes brillantes). l'aiguisage se fait avec un tire-point (lime fine ayant un triangle équilatéral comme section).

L'abattage.
Il faut tout d'abord se préoccuper de la place la plus convenable pour la chute de l'arbre, afin qu'il ne cause aucun dégât à ce qui l'entoure. Il faut examiner la position des branches, le mesurer, le "soupeser" en imagination. Si la ramure est toute portée d'un même côté, risquant de faire dévier l'arbre au moment de la chute, un écimage partiel doit être procédé avant l'abattage.
Dégager le pied de l'arbre et nettoyer les alentours immédiats pour bien préserver la liberté des mouvements.
Faire
à la cognée une entaille suffisante dont l'axe est celui de la direction choisie pour la chute.
A l'opposé de l'entaille, dégager à la cognée une surface lisse pour le passage de la scie. Il est important que le trait de scie soit 2 centimètres au dessus du niveau de l'entaille. Chacun  tire alternativement la lame, sans appuyer, parallèlement à l'entaille.
Arrivé au milieu de l'épaisseur du tronc, c'est le moment d'enfoncer progressivement les coins (3 pour plus d'efficacité) selon que l'arbre penche d'un côté ou de l'autre et coince la scie.
Arrivé à 3 ou 4 cm de l'entaille, c'est le moment d'agir plus vigoureusement sur les coins.
abattage.gifIl faut alors prendre quelques précautions indispensables :
1 - Eloigner tout spectateur.
2 - Définir le rôle de chacun : celui qui enfonce les coins et l'autre qui tient le passe-partout, prêt à le dégager dès que l'arbre s'inclinera.
3 - S'assurer que l'on pourra prendre facilement ses distances au premier craquement pour éviter un rebond possible.
Alors l'arbre tombe, c'est toujours émouvant ! Lorsqu'il est à terre, il faut l'ébrancher à la hache ou à la hachette. Attention aux rebonds de la lame ! Placer toujours le tronc entre la branche à couper et ses jambes.
Il reste maintenant à débiter le tronc pour employer au plus juste ce grand corps inerte.


 



 

Partager cet article

Repost 0
Published by scout - dans Fiches Pratiques
commenter cet article

commentaires

gilbert Frontenac de chicoutimi 26/11/2007 13:34

apprentissage du forestage ou de la déforestation?

gilbert Frontenac de chicoutimi 26/11/2007 08:16

le passa partout c'est pour le folklore, à notre époque il y a beaucoup de bucherons qui ne doivent pas savoir l'utiliser, non?

Bison Tranquille 25/11/2007 10:23

Voilà la raison du cri "Timber", c'est le nom du traficant qui achète les bois des forêts dévastées.http://www.henry-timber.com/

gilbert Frontenac de chicoutimi 25/11/2007 08:58

Chez nous, nous crions "TIMBER" lorsque l'arbre tombe pour avertir la populace

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -