Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Réunion Anciens Scouts 24èmeToulouse
  • Réunion Anciens Scouts 24èmeToulouse
  • : Les anciens scouts de la 24ème Toulouse. Dans les années 1960/1970 ils usaient le fond de leurs shorts en velours brun sur les bancs qu'ils avaient eux-mêmes construits à l'occasion d'un camp. 40 années plus tard, ils décident de se retrouver.
  • Contact

  • scout
  • Atteints par la soixantaine, quelques Anciens Scouts de la 24ème Toulouse se retrouvent annuellement avec leurs Ami(e)s autour d'un repas. À cet effet, ils ont rénové leurs antiques tentes,sorti leurs guitares et entonnent les chants traditionnel
  • Atteints par la soixantaine, quelques Anciens Scouts de la 24ème Toulouse se retrouvent annuellement avec leurs Ami(e)s autour d'un repas. À cet effet, ils ont rénové leurs antiques tentes,sorti leurs guitares et entonnent les chants traditionnel

Référencements

Rechercher

Où en est-elle ?


Pour les Jardiniers


Calendrier-lunaire.net

Nouvel An

26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 18:56
Caribou Militant essaie de convertir les Travailleurs Maliens au bienfaits du syndicalisme. Après avoir livré les ambulances aux services sociaux auxquels elles étaient destinées, il s'est promené dans des ateliers d'ennoblissement des tissus qui travaillent encore avec des méthodes ancestrales. Des tissus produits avec un coût de main d'oeuvre insolent, revendus par des négociants à des prix prohibitifs. Bon nombre de ces tissus "boubou" (des contrefaçons) étaient, à une époque, imprimés en Hollande, aujourd'hui peut-être en Chine.

Mais la tradition persiste !
Au niveau de la Finition.

BasinJojo.JPGLustrage à l'ancienne au battoir


Sur son blog, des vidéos, des diaporamas sur sa traversée des dunes.
Ne soyez pas avares de commentaires.


Partager cet article

Repost 0
Published by scout - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Goeland 28/01/2008 10:44

alors que les européens ne rèvent que du magnifique tissu lustré africain: le désert ! pensée du jour:L'homme, blanc en Europe, noir en Afrique, jaune en Asie, et rouge en Amérique, n'est que le même homme teint de la couleur du climat.Buffon.

liza 26/01/2008 23:24

J'avais vu un jour un reportage sur ce sujet :des tissus africains ancestraux tissés en Hollande ! ou en Chine !
A quand la toile de Jouy fabriqué aux Philippines ? mais c'est peut-être déjà fait !
LIZAGRECE

Antoine Ducresson 26/01/2008 22:52

LE COTON, Fibre nationale Premier exportateur de coton en Afrique de l’ouest avec 230.000 tonnes de fibres exportées lors de la campagne 2004-2005, le Mali doit faire face à une sérieuse crise de ce secteur qui fait vivre trois millions de personnes et représente 15% de son PIB. Malgré une hausse de la production de coton-graine (celle-ci est estimée à 640.000 tonnes pour la campagne 2005-2006), la baisse de cours du coton, couplée à une parité euro-dollar très défavorable à la zone CFA, a rendu l’or blanc non rentable. L’entreprise publique CMDT (Compagnie malienne de développement textile) en charge de la production et de la commercialisation du coton a essuyé des pertes records de 50 milliards de FCFA pour la campagne 2004-2005, ce qui a fait passer le montant de ses fonds propres en dessous du minimum de 50% du capital social exigé par la réglementation de l’OHADA. Du coup, l’Etat malien, actionnaire à 60% (40% du capitale étant détenu par la société française Dagris) devait renflouer devait renflouer en septembre 2005 les caisses de la CMDT. De ce fait, la participation de l’Etat malien devait mécaniquement passer de 60% à 75,3% du capital de la CMDT. Cette situation financière difficile et les incidences sur l’économie du pays ont entraîné un retard dans le processus de privatisation de la filière : prévu pour 2006, il n’interviendra qu’en 2008. Ces difficultés ne doivent pas cependant faire oublier que la transformation du coton est une activité prometteuse au Mali. Moins de 1% de la production est transformée localement et des activités créatrices de valeur ajoutée comme la filature, la production de tissu écru de grande largeur (très demandé par l’industrie du vêtement), ou la fabrication de Bazin peuvent être très rentables. De plus, grâce à l’AGOA, le Mali peut exporter ses produits textiles sur le marché américain en franchise de droits de douane et sans limitation de quantité. Certaines entreprises se sont déjà engouffrées dans ce créneau comme la Comatex (dont 80% du capital est détenu par la société chinoise Covec et 20% par l’Etat malien), qui produit du fil de différentes couleurs pour l’artisanat et des tissus « Fancy » et « Koba » d’imitation artisanat. La Comatex a annoncé en novembre 2004 la création d’une industrie de confection de vêtements, Icoma SA, dont le capital sera détenu à 85% par la Comatex et le restant par des privés maliens. Cette nouvelle société doit produit 2 à 2,5 millions de pièces de vêtements en jean et autant de pièces de bonneterie destinées essentiellement à l’exportation. D’autres projets prometteurs se sont heurtés à des difficultés imprévues. Ainsi la société Fitina SA (Fils et tissus naturels d’Afrique), constituée sous l’impulsion de l’homme d’affaire Djibril Tabouré, mauriciens et européens, a subi de plein fouet les évènements de côte d’Ivoire quand elle a démarre ses activités en février 2004 (blocage de matériel au port d’Abidjan, fermeture de l’entreprise textile ivoirienne Utexi qu’elle devait approvisionner). Du coup, Fitina a dû arrêter ses activités en août 2005 pour procéder à une recapitalisation. De son côté, l’Itema (Industrie textile du Mali) qui produisait des tissus imprimés, a été reprise avec succès par un Malien de Côte d’Ivoire, Bakari Cissé, sous le nom de Batex-CI.

Omer de Lafourguette 26/01/2008 22:32

Alors que le cours du coton, l’or blanc du Mali, s’effondre et déséquilibre lourdement la balance commerciale du pays, alors que la structure de commercialisation étatique connaît de profondes turbulences et que la principale usine de tissus, ITEMA, ne fonctionne plus en attendant un repreneur depuis l’an 2000, sur les marchés et dans les villes, jamais autant de bassines de pagnes teints et de bandes de coton tissé n’ont circulé. Des containers entiers de bogolans et de pagnes partent autant vers d’autres continents que vers les autres pays africains. Les textiles du Mali s’exportent et font du Mali toujours et encore le pays référence de la richesse textile africaine.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -