Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Réunion Anciens Scouts 24èmeToulouse
  • Réunion Anciens Scouts 24èmeToulouse
  • : Les anciens scouts de la 24ème Toulouse. Dans les années 1960/1970 ils usaient le fond de leurs shorts en velours brun sur les bancs qu'ils avaient eux-mêmes construits à l'occasion d'un camp. 40 années plus tard, ils décident de se retrouver.
  • Contact

  • scout
  • Atteints par la soixantaine, quelques Anciens Scouts de la 24ème Toulouse se retrouvent annuellement avec leurs Ami(e)s autour d'un repas. À cet effet, ils ont rénové leurs antiques tentes,sorti leurs guitares et entonnent les chants traditionnel
  • Atteints par la soixantaine, quelques Anciens Scouts de la 24ème Toulouse se retrouvent annuellement avec leurs Ami(e)s autour d'un repas. À cet effet, ils ont rénové leurs antiques tentes,sorti leurs guitares et entonnent les chants traditionnel

Référencements

Rechercher

Où en est-elle ?


Pour les Jardiniers


Calendrier-lunaire.net

Nouvel An

25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 18:31

L’obsolescence programmée, késaco ?

Aux prémices de l’ère industriel dans les années 20, un concept de fabrication visant à accroître la demande des consommateurs pour un produit est né, c’est « l’obsolescence programmée ». Ce concept part d’une analyse simple : si un consommateur voit son appareil tomber en panne au bout d’un certain temps, il sera contraint d’en acheter un nouveau plus rapidement, et de ce fait il permettra aux fabricants du secteur d’encaisser plus régulièrement des bénéfices.

C’est à la lumière du marché florissant des lampes à filaments que se conclut, avant même la signature du traité de Versailles, un accord entre les Alliés et l’Allemagne : le Hollandais Philips, l’Américain General Electric et l’Allemand Osram, ainsi que d’autres sociétés européennes et japonaises, s’accordent alors pour limiter la durée de vie de leurs ampoules et de maintenir leur prix élevé, sous l’égide du cartel Phoebus.

Dans les années 50, cette idée a évolué vers une notion plus marketing de l’obsolescence programmée. Au travers de cette notion, le designer entendait séduire le consommateur plutôt que de le lui imposer. C’est ici que l’obsolescence programmée a trouvé son moteur.

 

Obsolescence_program.gif

 

Séduire régulièrement le consommateur avec de nouveaux appareils au design novateur et créer le désir insatiable d’avoir le modèle dernier cri, est devenu un argument de poids pour les industriels qui limitaient la durée de vie de leurs produits. Ils avaient le moyen de limiter la durée de vie de leur produit tout en expliquant aux consommateurs que le produit suivant était mieux que le précédent.

Lorsque l’on évoque l’obsolescence programmée, on pense immédiatemment à la stratégie commerciale visant à concevoir techniquement un produit avec des défauts pour qu’il tombe en panne au bout d’un certain temps ou d’un certain nombre d’utilisation. Ce qui existe, c’est vrai. Mais le concept de l’obsolescence programmée est plus insidieux que cela. L’obsolescence d’un produit peut se programmer à l’aide de défauts fonctionnels, mais aussi de manière indirecte, par l’incompatibilité, par la péremption ou encore de manière subjective avec les critères esthétiques, les tendances etc.
C’est le cas avec certaines imprimantes dotées d’une puce électronique la mettant automatiquement hors d’usage au bout d’un certain nombre d’impression alors qu’elles sont encore en parfait état de fonctionnement. C’est aussi le cas avec certaines cartouches d’encre, qui sont équipées d’un composant électronique indiquant un faux niveau d’encre aux logiciels d’impression, le consommateur jète la cartouche alors qu’il aurait pu faire encore quelques impressions avec.

Un documentaire programmé récemment sur ARTE illustre le phénomène.

Ce film révèle les mécanismes de cette machine à produire, démarrée dans les années 20. Il recueille des témoignages de cette pratique en Catalogne, en France, en Allemagne et aux Etats-Unis. Il aborde les conséquences sur l’environnement, notamment à Accra, la capitale du Ghana, où d’énormes dépotoirs de déchets électroniques se multiplient aux alentours de la ville. Dame Nature produit des nutriments, pas des déchets.


Pourtant !!!

Auc Etats-Unis, à Livermore, dans une caserne de pompiers, une ampoule est allumée depuis 1901. 110 ans qu’elle fonctionne ! Depuis qu’ils en ont pris conscience, les amis de cette ampoule ont créé un site qui lui est dédié (http://www.centennialbulb.org/cam.htm), ils ont installé une webcam qui la filme en permanence (ils en ont déjà consommé deux !), ils ont fêté son anniversaire le jour de ses 100 ans… Et ils  ont même créé un Comité de l’ampoule qui a son Président !

C’est une ampoule à filaments, c’est plus homologué « Développement durable »… mais ça dure quand même… puisque, à cette époque, les ingénieurs ne travaillaient pas encore à réduire la durée de vie des biens manufacturés.


Un produit peut donc devenir obsolète alors qu’il est parfaitement fonctionnel. À notre insu, de notre plein gré, nous avons subi l'obsolescence de nombreux produits. Mais, les Anciens de la 24T, comme les Pompiers de Livermore, entretiennent, rénovent et utilisent de vieilles "Motobécane". Celles qu'ils chevauchaient dans les années 1960/1970.

 

Barry_19.jpg

 

Une manière de participer au développement de l'économie durable.

Un film de 1951, "l'Homme au complet blanc" a marqué notre jeunesse. 

(à télécharger sur MegaUpload)

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by scout - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -