Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Réunion Anciens Scouts 24èmeToulouse
  • Réunion Anciens Scouts 24èmeToulouse
  • : Les anciens scouts de la 24ème Toulouse. Dans les années 1960/1970 ils usaient le fond de leurs shorts en velours brun sur les bancs qu'ils avaient eux-mêmes construits à l'occasion d'un camp. 40 années plus tard, ils décident de se retrouver.
  • Contact

  • scout
  • Atteints par la soixantaine, quelques Anciens Scouts de la 24ème Toulouse se retrouvent annuellement avec leurs Ami(e)s autour d'un repas. À cet effet, ils ont rénové leurs antiques tentes,sorti leurs guitares et entonnent les chants traditionnel
  • Atteints par la soixantaine, quelques Anciens Scouts de la 24ème Toulouse se retrouvent annuellement avec leurs Ami(e)s autour d'un repas. À cet effet, ils ont rénové leurs antiques tentes,sorti leurs guitares et entonnent les chants traditionnel

Référencements

Rechercher

Où en est-elle ?


Pour les Jardiniers


Calendrier-lunaire.net

Nouvel An

18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 17:50

C'est avec regrets que nous quittons Prunet, nous y avons été tellement bien accueillis. Dans la nuit, un orage a légèrement perturbé notre sommeil et mouillé nos tentes. Nous attendrons qu'elles soient presque sèches pour plier le camp.

Direction Caraman, puis Villefranche-de-Lauragais et Nailloux où nous faisons reposer nos moteurs. C'est par monts et par vaux  que nous avons parcouru cette partie du Lauragais.

 

Berat_5.jpg

 

Après un petit café des familles, nous reprenons la route en direction d'Auterive, Lagrâce-Dieu, avec toujours quelques collines à monter ou à descendre. 

 

Berat_2.jpg

 

Le macadam est en bon état, le trafic très fluide.

 

Berat_3.jpg

 

Nous arrivons ainsi sans encombre en vue de Saint-Sulpice-sur-Lèze.

Berat_4.jpg

 

 

Nous traversons Capens, Longages et arrivons finalement, sans encombres, à Bérat.

 

 

 

La boucle est bouclée.

 

Rabaute est ravi du comportement de son AV88, Panda est prêt à repartir sur son AV50, Héron est enchanté d'avoir partagé la conduite du fourgon et celle de l'AV48 avec Caribou, lequel projette déjà le prochain Blue Raid. Quant à Bison, il est satisfait du bilan de sa gestion.

Berat_1.jpg

 

 

Une balade mobylesque de près de 1000 bornes qui nous a amené à traverser plusieurs départements (Haute-Garonne, Tarn-et-Garonne, Lot, Aveyron, Lozère, Hérault, Tarn), à la découverte de paysages variés, d'un patrimoine exceptionnel et de mets locaux parfois surprenants. Quelques petites pannes ont, bien sûr, agrémenté le voyage mais tout avait été prévu.

Les cinq BlueRaiders sont prêts à recommencer l'expérience vers d'autres cieux, ça va de soi !

 


Partager cet article

Repost 0
Published by scout - dans Raid 2012
commenter cet article
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 21:00

C'est entre Tarn et Haute-Garonne que nous chevaucherons nos vaillantes motobylettes. Après avoir remercié nos Hôtes, nous quittons Malet en direction de Lautrec où nous ferons une pause touristique, à la découverte du moulin et des ruelles de la cité.

Après cette visite instructive, nous poursuivons notre route jusqu'à Puylaurens, via Vielmur-sur-Agout. Une douzaine de kilomètres en montée nous attend. Nos vaillantes péteuses vont se jouer de cet obstacle, elles en ont vu d'autres du côté de Laguiole, Banassac et Millau.

 

 

 

 

Nous faisons quelques emplettes de bouche dans ce beau marché de Puylaurens et nous nous renseignons à l'Office de Tourisme sur les éventuelles ouvertures du Château de Magrin. Il faut prendre rendez-vous par téléphone mais cela risque d'être difficile, nous dit-on.

En effet, le propriétaire des lieux n'est pas disponible en début d'après-midi. Il attend un groupe vers 17 heures et ne tient pas à nous recevoir à l'heure de sa prise de somnicaments. Nous ne pouvons attendre 17 heures mais nous irons ripailler aux pieds du castel rendu célèbre par le pastel.

 

Magrin_0.jpg

 

Le bivouac léger est installé à l'ombre de la futaie et nous banquetons avec nos dernières commissions locales, en plein "Pays de Cocagne".

 

Magrin_1.jpg

 

Rabaute sort habilement de son panier quelques sardines qui ont été sorties du baril au marché de Puylaurens et qu'il aurait aimé pêcher.

 

Magrin_5.jpg

 

Sans faire de simagrées, Héron, qui en a déjà pris sa dose lors de la traversée de l'Atlantique, accompagne Caribou et explique comment il faut s'y prendre pour boulotter ce mélocal : écailler à rebrousse-poil la bestiole, tenir la queue d'une main et la tête de l'autre et mordre à pleines dents dans l'Arlésienne.


 

Magrin_2.jpg

 

Petit café-pression et nous reprenons la route vers Prunet, notre destination finale de la journée. Nous grimperons jusqu'à Caraman, en passant Teyssode et Loubens.

 

Magrin 3

 

 

 

Nous atteignons ainsi notre destination sur la commune de Prunet, chez un Pote de Rabaute qui nous permet d'installer nos quartiers tout en se mettant en quatre pour nous faire goûter les mélocos de sa propre production. 

 

 


 

En contemplant ces mélocos qui commencent à affluer sur la table, Héron se débrouille à entonner timidement un bénédicité de circonstance.

 

Prunet 1

 

L'apéritif laisse déjà présager de ce qui nous attend pour le repas.

 

Prunet_2.jpg

 

Pourrons-nous reprendre la route le lendemain ?

vous verrez !

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by scout - dans Raid 2012
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 06:33

Nous ne sommes pas loin de l'écurie, mais nous ne sommes pas pressés d'y arriver. Une halte avait été projetée près de Castres, à Malet, elle sera notre escale du jour. Nous plions donc, comme à l'habitude, notre campement d'Olargues (aussitôt planté, aussitôt plié !) et empruntons la départementale 908 en direction de Saint-Pons de Thomière.

 

 

 

 

Nous empruntons alors la départementale 612 et là finie la tranquillité. Le trafic routier n'est plus le même : nous devons être attentifs aux camions qui vont nous doubler en quantité sur cette voie. Petit arrêt à l'entrée de Labastide-Rouairoux où Bison, aidé par Héron, peaufine tranquillement le réglage de sa Maube.

 

malet_7.jpg

 

Pause café et culturelle à Labastide-Rouairoux. Le Musée du Textile retrace la vie industrieuse de la ville. Nous y recevons un accueil remarquable.

 

malet_6.jpg

 

Visite effectuée, nous reprenons la remontée de la vallée du Thoré en direction de Mazamet, à la recherche d'un coin casse-croûte. Petite prise de somnicament et nous enfourchons à nouveau nos vaillantes péteuses vers Castres/Montpinier/Malet où nous sommes attendus. Héron se débrouille avec Dame TomTom pour atteindre l'objectif par des voies rapides. Les péteuses prennent les voies normales. Installation du camp en quelques minutes.

 

malet_1.jpg

 

La péteuse de Bison connaît quelques problèmes au niveau de l'embrayage. Après une mise sur pont, un démontage/déglaçage des garnitures et changement de courroie, l'AV48 est méconnaissable.

malet_5.jpg

malet_3.jpg

 

 

Héron a terminé l'opération.

malet_4.jpg

 

 

Nous remercions nos Hôtes, Pierre et Marie-Claude pour leur accueil et leur gentillesse.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by scout - dans Raid 2012
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 20:35

Nous avons parcouru déjà quelques kilomètres depuis notre départ de Bérat. Ils pourraient se faire ressentir sur l'état de fraîcheur de la patrouille. Il n'en est rien ! Rabaute chevauche de plus en plus habilement sa péteuse, montant les côtes au train, afin de ménager son cheval fiscal.

Panda ne se sent plus sur son AV50, avalant astucieusement toute les côtes qui se présentent sur le trajet.

Bison caracole tranquillement sur son AV48, s'arrêtant ponctuellement pour optimiser son fonctionnement.

Héron se débrouille étonnamment dans les côtes, un peu moins dans les descentes mais il a fait de sérieux progrès de conduite et s'enhardit à prendre la conduite du convoi. Bien sûr ... à mi-temps !

En effet, il partage la conduite du fourgon et celle de la grise avec Caribou qui, de par le fait, à cheval ou au volant, ne trouve pas le temps de militer dans les bourgades traversées.

Pour cette septième étape (nous pourrions dire aussi : escale, journée, période, station, ...) nos vaillantes motobylettes nous mèneront du camping du domaine des Templiers à Olargues, via Bédarieux et Lamalou les Bains.

Comme de coutume, c'est de bon matin que nous quittons le camping du Caylar.

Le camp mobile a été plié et le plein des péteuses effectué.

Nous sommes toujours prêts de bon matin à prendre la route.

Le_Caylar_3.jpg

 

Nous traversons de sympathiques villages.


 

Et arrivons à notre escale du jour : le camping municipal d'Olargues.

Olargues_1.jpg

 

 

Quelques réglages sont encore à effectuer sur l'AV48 de Bison au niveau de l'allumage. Après ouverture du volant magnétique et inspection du rupteur, la panne intempestive est vite trouvée : l'enclume du rupteur est brinquebalante et se colle de temps en temps au marteau. Heureusement, dans la caisse à outils, des rupteurs neufs sont prêts à prendre la relève. Une fois changée, Héron se fait un plaisir de démarrer la vaillante ... au pied.

 

Olargues_2.jpg

 

Cette méthode n'est pratiquée que par des Initiés.

 

 

 

 

 

 

Bien réglée, elle nous permet de grimper dans Olargues pour aller cher du pain.

 


 

 

Nous nous promenons dans les "traboules" d'Olargues à la recherche d'une des trois boulangeries annoncées dans les guides.

Olargues_3.jpg

 

Sur la vitrine de la première boulangerie nous ne pouvons que constater sa fermeture récente. La seconde est fermée depuis longtemps. Il nous reste à trouver la troisième ... qui n'ouvrira qu'à partir de 17 heures. Nous y enverrons Caribou et Panda. Rabaute veut aller taquiner le goujon sous le pont du Diable, si la rivière s'y prête !

Olargues_4.jpg

 

Prochaine station à Malet, près de Montpinier.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by scout - dans Raid 2012
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 21:32

La veille au soir, pas de veillée ! pas de guitare, pas de banjo ! Pourtant Rabaute et Panda étaient prêts à pousser la chansonnette. Mais le camping ne s'y prêtait pas. Des voisins fêtaient un anniversaire et il nous aurait fallu monter le ton. Aussi, au petit matin, à l'instar des Moines de Saint Bernardin nous nous sommes levés tôt, avons pris notre petit déjeuner, fait le plein des réservoirs, plié le camp et avons attendu que les Ex-BlueRaiders se réveillent dans la continuité pour prendre congé.

Il est 8 heures au clocher de l'église de Nant quand nous enfourchons nos vaillantes péteuses. Elles vont tout d'abord nous mener sous le viaduc de Millau par la vallée de la Dourbie. La vallée, légèrement embrumée, est magnifique.

 

Nant_4.jpg

 

Caribou redécouvre une fleur qui semblait avoir disparu de nos campagnes : le coquelicot.

Nant_5.jpg

 

 

Plus loin, Héron s'extasie devant un moulin.

Nant_6.jpg

 

Nous nous arrêterons dans un magnifique village situé en dessous des espaces ruiniformes de Montpellier-le-Vieux : La Roque Sainte-Marguerite. Rabaute va y découvrir un gigantesque four banal de 1492. Nous n'y avons pas rencontré José Bové, mais nous y avons consommé notre petit café matinal. Nous avons ensuite poursuivi vers Millau et son viaduc.

 

 Nant_7.jpg

 

Viaduc où une pause s'impose.

 

Roquefort_1.jpg

 

C'est là que nous perdons Héron et son fourgon. Il a pris quelques risques en descendant par un chemin de chantier jusqu'au bord du Tarn pour admirer le viaduc depuis sa base, dans son intégralité. Nous le retrouverons plus tard sur la route vers Roquefort-sur-Soulzon !

 


 

 

Après avoir admiré l'ouvrage sous toutes ses facettes, nous enfilons nos gants pour Roquefort-sur-Soulzon.

Roquefort_2.jpg

 

La route est agréable, le trafic est fluide et, comme cela en a été le cas jusqu'à présent, les conducteurs sont respectueux à l'approche de notre convoi.

 

 

Un joli rond-point animé nous attend à Lauras, nous le contournerons pour prendre la direction de notre objectif de la mi-journée.

Roquefort_8.jpg

 

L'arrivée à Roquefort se mérite. La route contourne en grimpant le piton rocheux "le Combalou" qui est truffé de caves d'affinage.    

       

Après un repas composé encore de mets locaux grapillés au fil du Blue Raid, nous sommes contraints à une prise de somnicaments afin d'attendre l'ouverture de la Cave Papillon.

Roquefort_7.jpg

 

Roquefort_3.jpg

 

C'est donc frais et dispos que nous descendons dans les entrailles de cette cave.

Roquefort_4.jpg

 

 

Dégustation consommée, nous faisons l'achat d'une demi-boule de Papillon noir, le meilleur de la série. Héron se fend d'une bouteille de Sauternes qui s'associe, parait-il, parfaitement à la consommation de ce merveilleux fromage dont la réputation n'est plus à faire. Nous pourrons confirmer dans la soirée que la symbiose entre ces deux productions est vraiment remarquable.

Nous quitterons, avec satisfaction, cette bourgade en direction de Cornus où un camping est annoncé sur les cartes. Après une grimpette de force 3, nous arriverons dans la vallée de la Sorgues où, par le fait du hasard, nous croiserons un convoi de trois mobylettes chevauchées par Goujon Ordonné, Fourmi Démocrate et Moineau Affable.

 

 

 

Pas de camping à Cornus, nous poursuivons jusqu'à "le Caylar", après avoir grimpé une petite côte de force 10, voire 12 par endroits.

 

C'est donc au Domaine des Templiers (22ha) que nous installerons notre campement léger.

 

 


La saison n'a pas encore débuté et la propriétaire du camping commence à s'inquiéter. C'est de loin, rapport qualité/prix, le meilleur camping que nous avons occupé depuis notre départ. Ce qui ne veut pas dire que les autres ne valaient rien.

 

 Le_Caylar_1.jpg

 

Après une bonne séance de relaxation, comme à son habitude, Rabaute a pu s'isoler dans un coin du camping propre à la méditation. Grâce à la concavité du rocher auprès duquel il s'est installé, nous avons pu l'écouter faire ses dévotions et avons bénéficié de ses litanies.

 Le_Caylar_2.jpg

 

Encore une journée riche en évènements !

 


Partager cet article

Repost 0
Published by scout - dans Raid 2012
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 21:49

Cela va faire 6 jours que nous chevauchons nos mobylettes. Elles nous surprennent par leur comportement dans les côtes, surtout celle de Panda Astucieux ! Au cours de cette journée, elles vont être soumises à rude épreuve. Dès le départ, à la sortie de Banassac, une côte exceptionnelle les attend.

 

 

Sur le haut de la côte, Panda, Bison et Héron doubleront même un tracteur agricole. Par la suite, la descente vers Séverac le Château ne sera qu'une formalité.

 

 

Avant Séverac le Château, au bas de la descente, un camion-transporteur de lait de brebis (Le Rondelé) s'arrête à côté de nous pour procéder à un transfert de cuves. L'opération demandant une bonne demi-heure, nous entamons la conversation. Il nous signale une petite voie tranquille pour rejoindre Millau. Nous l'écouterons.

 

Millau_1-copie-1.jpg

 

Si le lait qu'il transporte est destiné à être transformé en fromage "Rondelé", nos péteuses sont chevauchées par de "respectables" personnages.

Nous empruntons donc, à la sortie de Séverac le Château la départementale qui mène à Millau, via les gorges du Tarn. Une merveille !

 

Millau_2.jpg

 

Nous ferons une pause de quelques minutes pour admirer les Gorges du Tarn dont nous devons atteindre le fond. Une équipe de motards, surpris de nous voir nous saluera les uns à coup de klaxon, les autres en nous balançant le pied droit en guise de remerciement.

 

 

 

Quand il est l'heure, on ne transige point. Caribou nous a précédé pour dénicher un coin plus ou moins tranquille en bord de route. Ce sera chose faite. La nappe est mise, il n'y a plus qu'à mettre les pieds sous la table. Héron prépare les tapas, ....

Millau 6

 

 

Dans la patrouille, pas de Cul-de-Pat pour nettoyer les verres et assiettes, notre vaisselle est jetable. Pour les couverts nous avons nos "Tatoo" et notre "Layole".

Millau_7.jpg

 

Nous traverserons Millau, y ferons les emplettes habituelles et trouverons chez le concessionnaire MBK local la pièce de clipsage pour le plateau de la maube à Rabaute, ainsi que quelques bougies.

Après quoi nous partons en direction de "La Cavalerie" sur le plateau du Larzac. Il nous faudra affronter une nouvelle côte, longue mais avec un pourcentage acceptable. Sans problème, nous arriverons au bout de l'obstacle.

 

 

 

 

Arrêt rafraîchissement à La Cavalerie

Cavalerie_1.jpg

 

Après s'être bien désaltérés, nous reprenons nos Vaillantes en direction de Nant. Nous longeons pendant quelques kilomètres le fameux camp militaire, objet de polémiques dans les années 1970.

 

 

 

 

 

Une descente vertigineuse nous amène en vue de Nant. Les Ex-BlueRaiders, mainteneurs de la tradition lourde, seront-ils dans le camping prévu ?

Nant 1

 

Nous y trouvons un camp lourd vide. C'est bon signe.

Nant_2.jpg

 

Nous installons à côté, en quelques minutes, notre camp léger.

Nant_3.jpg

 

Et attendons leur retour de promenade.

 

 


 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by scout - dans Raid 2012
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 09:02

Toujours dans l'esprit du Blue Raid, cette cinquième étape va nous conduire de Laguiole jusqu'à Banassac. Une chevauchée fantastique au cours de laquelle nos vaillantes péteuses vont exprimer toute leur fougue au travers des magnifiques paysages offerts par le plateau de l'Aubrac.

Nous quittons donc Laguiole en début de matinée, après avoir admiré les superbes réalisations de la soi-disante véritable coutellerie artisanale du pays.


Une juvaquatre rappelle quelques souvenirs à Héron Débrouillard.

Laguiole_10.jpg

 

Visite de la boutique et derniers achats tranchants.

Laguiole_8.jpg

 

Le temps est au beau fixe, mais le fond de l'air reste saisissant. La balade n'en sera que plus agréable.

Laguiole_9.jpg

 

 

 

 

 

L'arrêt mécanique à Aubrac terminé, nous avons repris la route au travers des grands espaces du plateau de l'Aubrac et de ses milliers de vaches pour arriver à Nasbinals. Les estomacs nous rappellent que la cambuse est à réapprovisionner pour les repas du midi et du soir. Nous trouvons un sympathique boucher-charcutier (primé au Gault&Millau) chez qui nous faisons provision de sac-d'os et autres charcutailles. La boulangère est aussi avenante que ses miches et Rabaute ne manque pas de la couvrir de compliments. Un passant nous apprend que deux jours plus tôt, quatre énergumènes casqués étaient arrivés jusqu'à Nasbinals sur deux bleues et deux chaudrons. Tient, tient ??? Seraient-ce les 4 ex-BlueRaiders que nous comptons retrouver à Banassac ?

Après un casse-croûte généreux et fortifiant, direction Marvejols où nous ferons quelques emplettes chez un concessionnaire MBK. Il possède encore dans ses archives quelques petites pièces qui nous permettront de rénover, si nous trouvons le temps, la poignée des gaz de la maube de Panda.

Quelques mètres avant Chirac, la péteuse de Rabaute émet un bruit dérangeant du côté du plateau. Mise en fourgon directe et pause rafraîchissement à Chirac. Le camping de Banassac n'est plus qu'à quelques encablures. Nous devrions y retrouver l'équipe de la soit-disante "continuité".

Que nenni ! Arrivés au camping, pratiquement désert, pas une trace du campement de la "continuité" si ce n'est quelques papiers gras et mégots. Tant pis ! Nous installons notre camp léger sur le même emplacement et Rabaute, encore une fois, s'évertuera de lancer proprement sa Quechua. Mais il ne maîtrise pas encore parfaitement le lancer (il est meilleur à la pêche au lancer).

 

 

 

Une fois sa tente installée, Rabaute, assisté de Héron, est allé sonder la rivière toute proche afin d'améliorer l'ordinaire du soir. Goujons et écrevisses étaient présents mais difficiles à piquer même par un pêcheur averti.

 

Le plateau de sa mobylette a été révisé et il est prêt à tourner pour la prochaine épreuve : la côte de Banassac, passage obligé pour arriver à Séverac-le-Château, Millau, ...

Nous avons passé une bonne nuit réparatrice et serons en forme pour cette épreuve.

 


 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by scout - dans Raid 2012
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 21:59

Pour cette quatrième étape, nous quittons le camping de Saint-Cyprien sur Dourdou en direction de Bozouls, via Nauvialle, Marcillac, Lagarde.

La sortie de Marcillac nous réserve une bonne surprise :

 


 

 

Une bonne petite côte avec lacets sortie de derrière les fagots. Elle sera avalée "au train" par nos vaillantes péteuses. Par la suite, la traversée du Causse jusqu'à Bouzouls n'est plus qu'une formalité. Le Trou de Bozouls est vraiment une curiosité de la nature, aménagé par l'homme depuis des siècles et aujourd'hui très touristique.

Bozouls_1.jpg

 

Nous rejoignons directement Estaing par la D100 et découvrons la bourgade sur son plus beau profil.

 

Estaing_1.jpg

 

Nous parquons nos motobylettes devant un étrange monument, fait de bric et de broc.

Sur la lame de faulx, on peut lire : "Pèlerin, suit le chemin de ta vie"

Estaing_3.jpg

 

C'est ce que nous ferons après un petit arrêt de rigueur et nous attaquons les derniers 26 kilomètres qui nous séparent de Laguiole, par la D20. Cette départementale rejoint, après 15 kilomètres de montée la route qui mène d'Espalion à Laguiole.

 

 

 

Nous installons notre campement mobile au camping municipal de Laguiole avant d'aller faire nos emplettes et faire le tour des nombreuses coutelleries. La Fromagerie et un charcutier nous procureront le repas du soir.

 

Laguiole_3.jpg

 

Acheté en kit, l'Aligot est entré dans le carnet de recettes de Caribou Militant. Il voisinne avec le cassoulet, l'azinat et autres préparations locales.

 

 

 

 

Ces mets locaux n'ont pas affecté le budget prévisionnel qui tient toujours la route dans les quatres domaines de dépenses (Alimentation, camping, mélange mob's et carburant fourgon).

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by scout - dans Raid 2012
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 08:45

Depuis le départ de Bérat, l'équipe UNE, composée de bras cassés et à la logistique approximative, continue de jouer, avec quelques variantes, les actes qui ont été précédemment définis.

Cette troisième étape va les conduire de Cajarc jusqu'à Saint-Cyprien sur Dourdou rendu célèbre par sa fouace. Nous suivons les méandres du lot et longeons les falaises modelées au fil du temps par la rivière, nous traversons de jolis petits villages surmontés généralement d'un beau château parfois en ruine mais souvent bien entretenu par ses propriétaires. Nous faisons ainsi de nombreux arrêts comme ci-dessous à Laroque-Toirac.

 

 


 

Une petite route agréable où nos vaillants destriers se la sont donnée.

 

 

 

 

Pause-café à Capdenac-Gare, après avoir traversé le Lot sur le pont du Moulin de Vernet où nous n'avons pu faire le plein de nos réservoirs et boire un café. Et pour cause :

       


 

 

À quelques mètres de la station fermée, Rabaute Habile nous a fait découvrir ses talents de Maréchal-Ferrand en rechaussant les semelles de Caribou Militant, avec les conseils avisés de Héron Débrouillard.

 

metier jacky

 

Tout étant rentré dans l'ordre, nous continuons notre chemin vers Conques où nous comptions trouver un camping. Mais le propriétaire n'étant pas avenant ainsi que les tarifs proposés, nous avons continué sur le village suivant Saint-Cyprien sur Dourdou.

 

Conques 2

 

Le campement côté salle à manger légère.

 

Conques 3

 

Le campement côté dortoir léger (lui aussi), en cours d'installation..

 

Une fois installés confortablement, nous sommes revenus sur nos pas (7 km) pour visiter Conques et ses monuments. L'occasion de rencontrer quelques Pèlerins qui marchaient depuis Le Puy-en-Velais.

 

Conques 1

 

 

Pour plus de détails sur le parcours, visitez donc le blog de C.M.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by scout - dans Raid 2012
commenter cet article
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 23:00

Après avoir passé une bonne nuit réparatrice (malgré l'orage) au camping de Bois-Redon de Septfonds, 

Bois_Redon.jpg

 

 

Nous enfourchons nos mob's, direction Cajarc.

 

 

Sur la route traversée du petit village de Cayriech, grimpette de Puylaroque.

 

 

 

 

Après avoir traversé Limogne en Quercy, nous arrivons au camping municipal de Cajarc où nous installons notre campement. Rabaute commence à maîitriser le jeter de tente ... habilement bien sûr.

 

 

 

Le campement installé à la légère, Rabaute et Caribou iront taquiner le goujon afin d'améliorer l'ordinaire du souper.


cajarc.jpg

 

Une belle brochette de gardons à leur actif.

Monté trop fin, Rabaute ne pourra ramener sur la berge une énorme sardine.

 

 

La prochaine étape nous mènera près de Conques.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by scout - dans Raid 2012
commenter cet article
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -